Déclaration de la FNEC FP-FO

Madame la Rectrice, mesdames et messieurs les membres du CTA,

L’année scolaire arrive bientôt à son terme. Elle voit se télescoper le desserrement des restrictions sanitaires liées à la covid 19, la fin des réformes du bac général et technologique ainsi que celle de la transformation de la voie professionnelle. Il n’est pas vain de dire que notre institution a été fortement secouée. Les différents corps d’enseignants et de personnels restent majoritairement perplexes et en colère à l’égard de toutes ces réformes. Nombre d’entre eux est d’accord pour affirmer « trop c’est trop ! ». Que penser aussi des annonces du « Grenelle de l’enseignement » si prompt à affirmer de « bonnes solutions » pour les collègues sans jamais avoir tenu compte de leurs revendications. La suite n’est pas encore jouée mais elle sera à n’en pas douter fortes de mobilisations. La FNEC FP-FO saura appuyer les enseignants en lutte.

La session du bac 2021 montre la catastrophe de la réforme Blanquer du baccalauréat général et technologique. Certes la pandémie a obligé à de fortes adaptations mais le cœur du problème demeure. Le diplôme perd son caractère national et sa valeur de premier grade universitaire. La quasi-systématisation du contrôle continu, si cher au ministre Blanquer, en fait un diplôme maison. Ainsi avec la sélection de Parcoursup, selon leur établissement d’origine, les élèves n’ont pas les mêmes chances d’accéder à la formation post-bac qu’ils désirent. A l’inverse, on peut s’interroger sur les pressions locales exercées sur les enseignants vis-à-vis des résultats. Les premiers retours du grand oral montrent aussi de nombreux couacs (absence de jury, convocation tardive, non conforme, pas ou peu de formation en amont) dus à l’institution. On constate donc une épreuve mal conçue qui met les professeurs et les candidats dans des situations compliquées et anxiogènes. La difficulté de correction se retrouve aussi pour les professeurs de philosophie et de Lettres face aux 8 possibilités qu’offrent lessujets de ces deux épreuves. La FNEC FP-FO s’oppose à la volonté du ministre de généraliser le contrôle continu pour l’obtention du bac. Elle demande l’abandon du grand oral et le retrait complet de la réforme Blanquer sur le baccalauréat. Force Ouvrière revendique le retour aux épreuves nationales, finales et ponctuelles.

Dans l’enseignement professionnel, la rentrée prochaine verra la mise en place finale de la transformation de la voie professionnelle. Les modalités contestées comme la co-intervention et le chef d’œuvre continuent de poser des problèmes aux collègues et aux établissements. Il n’est pas rare de voir des interprétations totalement opposées d’un LP à un autre. De plus, elles sont souvent en contradiction avec les textes officiels. Par exemple, les PLP d’enseignement général évincés des heures de chef d’œuvre alors qu’ils doivent faire partie de l’évaluation finale de celui-ci. Les heures de co-intervention en terminale sont aussi l’enjeu de nouvelles répartitions et modalités. Nous ne voulons pas que celles-ci soient accordées sans concertation et égalité au sein des EPLE.

La FNEC FP-FO rappelle son opposition à la transformation de la voie professionnelle. Dans ce sens, nous ne pouvons que nous inquiéter de la montée en puissance des secondes dites « famille de métiers ». Elles leurrent les élèves qui souvent ont une idée bien définie de la formation qu’ils veulent suivre en LP. De plus, elles amènent une déprofessionnalisation des filières bac pro en généralisant une seconde par croisement de plusieurs métiers. Au sein des établissements, on a, de fait, une complexification des emplois du temps qui s’accompagne d’une pression accrue sur les équipes pédagogiques et les élèves tout au long de l’année (progression pédagogique subie, hausse des réunions, positionnement interne des élèves). Finalement, force est de constater qu’une sélection des élèves se fera de facto à la fin de la seconde avec tous les inconvénients qui vont avec comme le mécontentement des jeunes ou la contestation des parents sur l’orientation finale.

Les personnels administratifs et techniques des rectorats et des établissements ont subi la décision unilatérale d’hybrider les examens prise par le ministre Blanquer. Il en résulte pour les agents concernés une surcharge de travail et des conditions d’exercices dégradées. Cette dégradation est en grande partie dû aux politiques successives de suppressions massives de postes administratifs. La FNEC FP-FO dénonce l’épuisement des collègues et trouve inadmissibles les annonces tardives du ministre sur l’organisation des examens ainsi que les ordres et contre ordres qui ont suivi.

En ce qui concerne les AESH, ils représentent une aide indispensable pour réussir l’inclusion des élèves en situation de handicap si bien vantée par le ministère mais si maltraitée par ce dernier. Les PIAL sont un outil de mutualisation des ressources pour en limiter le nombre. Avec pour conséquence des notifications des MDPH qui ne sont souvent pas respectées. D’autre part derrière la mutualisation de l’accompagnement, c’est la dégradation insupportable des conditions de travail et de vie pour les AESH, qui sont déjà maintenus dans une situation de précarité. La FNEC FP-FO revendique pour les AESH un vrai statut, un vrai salaire et une augmentation immédiate de 183€, le versement des primes REP et REP+, un temps plein à 24h pour tous ceux qui le souhaitent et enfin un recrutement massif de personnels à la hauteur des besoins.

Pour finir, la FNEC FP-FO condamne les annonces du « Grenelle de l’éducation ». Ce projet est une attaque contre l’Ecole publique et nos statuts. Il ne répond pas à nos revendications. Nous demandons donc la création immédiate de tous les postes nécessaires pour faire face à la situation, le maintien intégral de nos statuts ainsi que l’augmentation générale des salaires. De plus Force Ouvrière demande l’abrogation de la loi de Transformation de la fonction publique et le rétablissement des garanties statutaires, des organes représentatifs comme les CT, les CHSCT et des prérogatives des CAP par corps. Force Ouvrière demande aussi le retrait du projet de relance de la réforme des retraites.

Je vous remercie